Recherche ciblée

Le conseil en image: un relooking humain

A une époque où chaque magazine propose son relooking, avec galeries photos à l’appui, des spécialistes de l’apparence se penchent davantage sur la personne qui se cache derrière le fard et les fringues à la mode. Les conseillers en image offrent une mise en valeur sur mesure et qui tient compte de la personnalité du sujet, de ses envies et, surtout, de ses limites. Cette formation s’adresse à tous les professionnels de l’esthétique.

 

 

«Les émissions où des personnes sont humiliées devant des milliers de téléspectateurs avant d’être relookées me choquent, réagit Helga Biderbost, de Apparence Conseils, un institut de coaching et de conseil en image à Meyrin. Pour aider quelqu’un à mettre mieux en valeur son potentiel, il faut travailler avec lui, qu’il participe au changement.» D’abord parce qu’il faut que le client adhère aux améliorations qu’on lui propose, mais aussi parce que «sinon, il ne refera pas ce que des professionnels ont fait sur lui», d’après la spécialiste. Trop complexe, difficile à reproduire, mais aussi peut-être parce que cela ne lui correspond pas vraiment. 

Une prestation en plus

«Une femme qui possède une magnifique poitrine, c’est évidemment un atout, continue Helga Biderbost. Mais elle peut en faire un complexe ou avoir mille et une raisons de ne pas vouloir porter de décolleté, et c’est un choix qu’il faut respecter.» Le travail du conseiller en image sera alors d’aller plus loin, d’aller chercher avec la cliente ce qu’elle veut montrer ou pas, qui elle aimerait que les autres voient en elle. Une prestation - qui s’apparente au coaching - que chaque acteur du monde de l’esthétique devrait posséder, selon la spécialiste. 

Et tout le monde peut-il devenir conseiller en image ? «Non, quelqu’un qui n’a aucun goût devrait laisser tomber…» Mais justement, ne dit-on pas les goûts et les couleurs? «Il existe tout de même une base commune, et certains ne décèlent pas ce qui est harmonieux. On doit avoir un œil, comme les parfumeurs ont un nez. Si on veut casser cette harmonie de couleurs, alors il faut aller jusqu’au bout de la démarche et être très créatif.» 

L’importance des couleurs

Le premier cours de la formation est d’ailleurs consacré aux couleurs, élément essentiel du métier de conseiller en image.

C’est de la couleur que tout découle.

Selon ce qu’on met autour de son visage - habits, teinture de cheveux, maquillage, lunettes -, ça va le sublimer ou le desservir. C’est comme le cadre d’un tableau. Imaginez La Joconde encadrée de plastique rouge…» Helga Biderbost va jusqu’à dire que le métier a «tout piqué aux peintres! Le trompe-l’œil, c’est eux qui l’ont inventé. Certains vêtements tassent ou élancent la silhouette. C’est la même chose, du trompe-l’œil!»

Au royaume de l’apparence, la spécialiste insiste tout de même sur le fait que, souvent, le mieux est l’ennemi du bien: «La perfection peut tourner au désavantage. Si l’on crée quelque chose de fade, cela devient impersonnel, digne de figurer dans un catalogue, et on perd la personne.» Et à ceux qui disent qu’ils se fichent de leur apparence, Helga Biderbost répond: «Un look négligé veut dire beaucoup, autant qu’une autre apparence qui aurait l’air plus travaillée. Le regard des autres, c’est ce qui nous fait exister, non?» Le consommacteur ne la contredira pas.


Apparence Conseils | Helga Biderbost, Meyrin (GE), 022 557 77 44 | Prochaine formation complète de coach-conseiller en image de janvier à décembre 2011 | Coût: 7100.- les 36 cours de 4h. | Infos sur www.coursrelooking.com

Ecole-Club Migros, Lausanne | 021 318 71 21. Prochaine formation en janvier 2011. Coût: 4800.- les 15 journées de cours | Infos sur http://www.ecole-club.ch

Première impression | Myriam Hoffmann, Genève, 022 328 28 58. Formation de base: 9900.- les 2 semaines | Infos sur http://premiere-impression.com